Que faire dans le sud de la Martinique : Noël 2020

Bye bye 2020, merci pour cette année et bienvenue 2021 que j’espère plus belle pour le monde.

A l’heure où je publie cet article, bientôt trois mois se sont écoulés depuis notre arrivée sur le département outre-mer de Martinique. Aujourd’hui nous sommes dans un logement transitoire, en attendant de trouver mieux (je vous expliquerais plus en détails dans un autre article).

Je pense qu’il n’est pas encore trop tard pour vous faire voyager un peu et rembobiner jusqu’aux vacances de Noël. Depuis toujours, j’aime le mois de décembre. Je ne me l’explique pas, mais je trouve cette période joyeuse. A mes yeux, le mois de décembre est synonyme de bonne humeur. Néanmoins, cette année est particulière. Il est compréhensible qu’avec le contexte actuel, tout le monde n’ait pas le cœur à la fête. Ainsi je mesure ma chance de vivre au soleil, à l’écart de la morosité et du froid qui touchent l’hexagone. En effet, la Martinique est déconfinée depuis le 15 décembre, nous laissant alors libre de nous mouvoir là où le vent nous porte.

Pour commencer idéalement ces vacances, nous optons pour la plongée. Depuis 18 mois sans pratiquer, nous ne rêvions que de ça. Avec Antoine, nous choisissons le club Kawan Plongée, à Sainte-Luce. Je ne peux que vous recommander ce club car l’expérience fût vraiment agréable, et les moniteurs sont aussi professionnels que sympathiques. Si cela vous intéresse j’en parle plus longuement dans mon précédent article 😉

A l’occasion des fêtes, les parents d’Antoine ont pris un billet d’avion direction les Antilles ! Ils louent pour trois semaines un appartement aux Trois-Ilets, précisément à l’Anse Mitan, où nous les rejoignons. Ensemble et avec un couple d’amis à eux -qui vivent sur place-, nous allons explorer l’île.

La première semaine est rythmée par la découverte des fonds marins du sud de la Martinique, le réveillon de Noël et la chouette randonnée de la Savane des Pétrifications.

Randonnée palmée du Cap Salomon

Le cap Salomon est un site de randonnée palmée inauguré en 2014. Le principe est simple, on enfile palme-masque-tuba et on suit les bouées éducatives. Chacune d’elles présente les espèces vivants dans une zone précise. Les herbiers par exemple, servent parfois de pâture aux tortues. Ainsi, une des bouées vous indique la présence d’herbier lorsqu’il y en a, et quelles espèces de tortues viennent s’y nourrir. Il en va de même pour les poissons, les gorgones (il y en a tellement c’est incroyable), les coraux, les oiseaux marins, les éponges et autres espèces évoluant dans ces eaux. Cette zone protégée est l’une des plus riches du territoire, abritant plus de 75% des espèces de coraux recensées en Martinique.

Néanmoins, tout cela se mérite. Pour se rendre sur les lieux rien n’est correctement indiqué. Il faut suivre le sentier pédestre du cap Salomon, mais encore une fois, ce n’est pas simple. Rendez-vous à la plage de Grande Anse, et trouvez le panneau de bois qui indique le cap Salomon. De là, deux chemins. L’un se dirige vers la plage, l’autre monte on ne sait où. Empruntez celui-ci, à pieds ou en voiture. Ayez confiance x) Si vous êtes en voiture garez-vous en haut, sans gêner. Ensuite continuez à pieds, c’est tout droit. La route monte et descends mais au bout d’une dizaine de minutes empruntez l’escalier en bois sur votre gauche. Attention, ça glisse. Suivez le chemin, puis vous y serez lorsque vous trouverez un petit carbet informatif. Equipez vous et allez admirer les beautés de l’océan 😉 Evitez de toucher quoi que ce soit, d’une part vous pourriez vous blesser (il y a des coraux de feu), d’autre part, nous ne sommes pas chez nous ! Bonne balade.

Rencontre avec les tortues de l’Anse Noire

Vous voulez admirer des tortues dans leur milieu sans que cela vous coûte un bras ? Je vous conseille alors de vous lever très tôt. Comme l’Anse Dufour, l’Anse Noire est réputée pour accueillir des tortues en ses eaux. En effet, une véritable prairie marine tapisse les fonds. Les tortues viennent régulièrement s’y nourrir et la profondeur est telle qu’on ne peut guère les déranger. Néanmoins, et j’insiste, ce ne sont pas des jouets.

! Les tortues sont des êtres sensibles dont l’observation doit se faire en toute bienveillance. Ces animaux sont protégés car trop souvent menacés. Il est important de conserver plus de trois mètres de distance avec elles ; il est absolument interdit de les toucher (imaginez-vous à leur place un seul instant… c’est stressant et dangereux car nous pouvons leur transmettre des maladies dont elles n’ont franchement pas besoin). Les tortues ont besoin d’oxygène pour vivre, elles remontent donc régulièrement à la surface. Si la présence humaine est tolérable pour elles, le non-respect des recommandations contribue à leur éloignement des côtes et diminue ainsi les chances de reproduction… Bref, les tortues sont magnifiques à observer, mais si nous voulons avoir l’opportunité de continuer à le faire, respectons-les, la nature vous en remerciera !

Je vous avoue que j’aime beaucoup cet endroit. L’Anse Noire est dès le premier coup d’œil d’une beauté sans pareil. Le sable noir, les cocotiers, les falaises qui protègent cette crique, l’eau turquoise et cristalline en font un petit bijou de la nature. La plage est petite, il y règne une odeur de soufre désagréable à plusieurs endroits, mais le cadre est idyllique, il y a de l’ombre (fait rare) et il n’y a pas besoin d’être un expert en snorkeling pour admirer des poissons. Avec de la patience, vous pourrez admirer des tortues vertes ou imbriquées, plus ou moins grosses, des bancs de poissons, des coraux et des éponges… Les fonds sont composés de sable ou d’herbiers, donc depuis le ponton, il n’y a aucun risque à sauter ou plonger 😉 Nous concernant nous avons pu observer deux belles tortues dans les herbiers ! Quelle chance… Je suis toujours hyper contente quand je fais une rencontre sous-marine incroyable alors si ça vous arrive, ne souriez pas trop parce qu’avec un tuba, vous allez avaler de l’eau salée et c’est pas vraiment agréable. Bref, nous avons passé beaucoup de temps dans l’eau ce jour là, pour notre plus grand plaisir !

Ce petit coin de paradis a un prix. Il faut arriver (très) tôt, pour pouvoir se garer le plus près possible du -minuscule- parking et avoir l’opportunité de placer sa serviette ailleurs que sur les mollets cramoisis de Paul-Jacques, déjà au taquet depuis 5h du matin pour actualiser son feed Instagram. Mes conseils : venir avant 8h, en semaine et ne jamais y mettre les pieds le week-end. Penser à un pique nique si vous voulez vous prélasser sur le sable toute la journée, car comme on dit « Qui va à la chasse, perd sa place ».

Savane des pétrifications

Maintenant qu’on est bien rafraichi par l’océan, allons découvrir les paysages terrestres de la Martinique. Réputée pour sa végétation luxuriante, l’île aux fleurs nous réserve cependant d’étonnantes surprises. La Savane des Pétrifications en est un excellent exemple. Cette randonnée démarre à la pointe la plus au sud de l’île sur la Presqu’île de Saint-Anne. Elle longe ensuite la côte atlantique jusqu’à la plage de l’Anse Trabaud. Si je vous en parle c’est parce que cette balade offre un cadre incroyable et bien différent de ce que l’on s’imagine en venant aux Antilles. Ici, on évolue sur une terre sèche et volcanique, tantôt dans une plaine où l’on s’attend à voir surgir des antilopes, tantôt dans un désert rempli de cactus qui nous transporte au beau milieu de l’Arizona. Et comme si cela ne suffisait pas, on peut admirer les vagues se fracasser sur les falaises noires ! J’ai vraiment beaucoup aimé marcher dans ce décor magnifique.

Pour vous rendre au point de départ, il faut longer la plage de Grande Terre des Salines jusqu’au bout et trouver une place pour se garer. Vous trouverez plus loin un panneau indicatif avec la carte de la randonnée, qui, par ailleurs, constitue une partie de la Trace des Caps. La promenade est facile et adaptée à toute la famille. En effet le sentier est majoritairement plat, et l’aller-retour est faisable en 2h (il y a 4km du départ à l’Anse Trabaud). Il est recommandé de porter un chapeau et de prévoir de l’eau car même s’il y a des passages ombragés, le soleil tape fort.

Pour se rendre à la plage de l’Anse Trabaud sans randonner, une autre option est possible. Un parking permet de se garer à quelques mètres de la plage, cependant, un droit de passage serait demandé aux visiteurs car il s’agit d’un terrain privé. Je n’ai pas plus d’info puisque nous avons emprunté le sentier pédestre pour nous y rendre. D’ailleurs, nous avions prévu le pique-nique dans notre sac, pour se remettre de la marche et de la baignade !! Bon, même si la plage est très belle, il faut franchir une barrière d’algues pour se baigner donc c’est pas tip top… Cela reste tout de même une superbe journée, et je vous conseille vraiment de faire cette balade 🙂

. . .

Petite anecdote : le 25 décembre avec mes beaux-parents nous allons à la plage de l’Anse Mitan nous baigner. Une fois à l’eau, croyant apercevoir une tortue, je nage en sa direction pour finalement rencontrer une magnifique raie aigle… Et comme si cela ne suffisait pas, j’y retourne avec ma belle-mère (que j’embrasse) et là on voit une belle tortue, pour notre plus grande joie 😀 Merci Mère Nature !

Cette première semaine déjà écoulée, en voilà une autre qui arrive, synonyme du passage de 2020 à 2021… Au programme de cette deuxième semaine, encore un réveillon, une belle randonnée, des après-midi à la plage, une sortie en bateau et la visite de la Savane des Esclaves.

Sortie en Catamaran

Activité touristique du jour, la virée en catamaran. C’est une bonne idée de sortie pour toute la famille, mais c’est un budget. Comptez en moyenne 90€ la journée par personne avec repas et boissons inclus.

Nous concernant, la journée s’est déroulée sous un temps magnifique (on a même aperçu le sommet de la montagne Pelée) ! Le personnel de bords de Blue Dream (prestataire choisi par nos amis vivant sur place) était adorable et veillait à la bonne application des mesures sanitaires. Le repas servis était très bon et il y en avait pour tous les goûts (gratin de banane, quiche aux poireaux, crudités, riz, poulet, salade de fruits). Le hic, c’est que nous étions assez nombreux, avec plus d’une vingtaine de personnes.

Départ du catamaran depuis l’Anse Mitan à 9h. Nous traversons la baie de Fort-de-France jusqu’à la baie de Saint-Pierre pour un premier arrêt. Sur le chemin, nous croisons de loin un banc d’orques pygmées, très rarement observé. C’est une chance. Lorsque toutes les conditions sont réunies, il est parfois possible d’observer des baleines, des cachalots, des dauphins ou encore des épaulards (l’orque dans Sauver Willy). Après une baignade rafraichissante, et un bon repas, nous allons faire du snorkeling à fond Giromont, aux pieds des falaises. Le lieu est magnifique, une cavité dans la roche sert de repère aux chauve-souris ! La découverte sous-marine est fabuleuse, il y a plein de poissons colorés, des coraux et des gorgones à foison 🙂

L’œil bleu

Encore une belle randonnée, plus physique néanmoins que la Savane des Pétrifications. L’œil bleu est la continuité de la randonnée précédente, elle suit la Trace des caps. Située plus au nord, on accède au départ par le Cap Macré. Ce n’est pas très bien indiqué mais lorsque vous trouvez enfin un panneau indiquant le début de la randonnée Trace des caps, garez-vous, c’est ici. Suivez ensuite le chemin et les panneaux indiquant le Cap Ferré. Lorsque vous apercevez une petite péninsule de roche, votre objectif n’est plus très loin car l’œil se situe tout au bout de ce bras 🙂

Pour rejoindre l’œil bleu il faut compter plus ou moins 1h en fonction de votre rythme. Le paysage est sublime tout au long de la balade, même si quelques montées peuvent nous donner un peu chaud. Une fois sur place, la roche est saillante et dangereuse, il vaut mieux marcher prudemment et avoir de bonnes chaussures. La baignade est interdite et mortelle dans l’œil. Néanmoins, ce site est magnifique, donc je ne peux que vous recommander cette randonnée 🙂

Savane des esclaves

La Savane des Esclaves est un incontournable pour s’imprégner de l’Histoire de l’île. Créé par Gilbert Larose en 2004, le parc de 3 hectares renferme un véritable devoir de mémoire. Une vidéo de présentation à l’entrée permet de mieux comprendre le contexte et le mode de vie des habitants, de la période coloniale jusqu’au milieu du XXe siècle. Néanmoins les explications sont parfois confuses. Pour évoluer facilement dans le parc, une carte est fournie à l’accueil, il suffit de suivre les numéro. Tout au long de votre progression en autonomie vous pourrez observer la reconstitution de la rue Case-Nègres, celle d’un jardin médicinal, d’un jardin créole et même tout récemment, celle d’un village d’indiens caraïbes. A chaque point d’intérêt vous trouverez des panneaux explicatifs en français et en anglais.

Le site est très joli, c’est une belle visite à faire si vous êtes dans le sud. Il faut comptez 1h30 environ pour en profiter sans se presser. L’entrée coûte 12€ par adulte, 8€ pour les plus de 12 ans et 5€ pour les enfants.

. . .

Petite anecdote : un matin on décide d’aller dans le nord de l’île. Nous sommes sur la route entre le Morne Rouge et Saint-Joseph (à la fois dans la forêt et en montagne), quand soudain mon beau-père s’arrête et recule. On se retrouve alors dans un virage, au milieu de nulle part à admirer une matoutou falaise en train de traverser la route… Incroyable. Cette mygale endémique est une espèce protégée. Elle est présente dans les forêts martiniquaises du nord et du centre. A l’âge adulte, cette belle araignée bleue-rouge peut atteindre 15 à 18 cm d’envergure. Bref, c’était impressionnant de croiser cette belle bête 🙂

Nous profitons plus tranquillement de la dernière semaine. Au programme, lecture et plage ou lecture à la plage, snorkeling aux Anses d’Arlet, puis nous passerons quelques heures dans les rues de Fort-de-France.

La route du Diamant

Si vous êtes de passage dans le sud, la route du Diamant est à faire absolument. Il suffit de se laisser porter et de longer la côte, des Anses d’Arlet jusqu’à Sainte-Luce, c’est vraiment magnifique. Depuis la route, vous pourrez admirer le Rocher du Diamant, ce fascinant caillou comme posé sur l’océan. Un point de vue se trouve à l’entrée d’un virage, il ne faut pas le rater !

A l’Anse Caffard, juste avant le Diamant, faites un arrêt pour admirer l’œuvre commémorative du Cap 110. Il s’agit d’un mémorial rendant hommage aux esclaves décédés dans le naufrage d’un navire négrier en 1830. Enfin, sur cette même route, un peu avant le mémorial, vous croiserez la maison du bagnard. Habitation rigolote d’un artiste du début du siècle dernier aux dimensions étonnantes. N’hésitez pas à vous y arrêter, un panneau raconte l’histoire de cet homme et surtout la vue sur le Rocher est splendide !

Les Anses d’Arlet

Ce village trop joli est vraiment le cliché carte postale de la Martinique. Sa belle église et son ponton, ses maisons colorées, ses joueurs de dominos sous les carbets, sa plage immense et ses fonds transparents en font un site très touristique mais tellement incontournable ! Ne passez vraiment pas à côté, vous le regretteriez 😉

Je pense qu’il n’est pas trop tard pour vous souhaiter à tous le meilleur pour 2021. Que votre année soit douce (si ça vous chante) et dans la santé (faites au mieux bien sûr).

A bientôt et bonne année !

Elisa

Retrouvez mes plus belles photos sur ma page Instagram 😉


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s